La Saskatchewan

Le district administratif du nord de la Saskatchewan (Northern Administration District) représente environ 50 p. 100 de la province et compte quelque 36 000 résidants, ce qui constitue moins de 4 p. 100 de la population provinciale. La majorité de ces citoyens sont d’ascendance autochtone et sont liés à leur culture d’origine et à des styles de vie traditionnels.

À l’opposé des champs et prairies du sud de la Saskatchewan, on trouve dans le nord de la province des forêts et des lacs vierges ainsi que le bouclier boréal. Les mines et l’exploration minière continuent d’être les moteurs économiques de cette région où il existe aussi des possibilités de diversifier l’économie et de contribuer à son essor. De plus, le Nord très peu développé de la Saskatchewan offre beaucoup d’occasions touristiques, y compris des expériences culturelles autochtones et des activités de plein air telles que des expéditions de chasse et de pêche de renommée mondiale. La Saskatchewan nordique est la pierre angulaire d’une industrie de pourvoirie bien établie qui génère, chaque année, près de 100 millions de dollars en revenus touristiques.

Le gouvernement de la Saskatchewan contribue à renforcer la capacité de croissance économique de la région, en investissant dans la formation et en stimulant l’activité de l’industrie minière de renommée mondiale de la région. Tout en mettant l’accent sur un gouvernement réceptif et responsable, la province mise sur ses forces économiques pour faire du Nord une excellente région où vivre, travailler et élever une famille.

Industries principales

L’exploitation minière et l’exploration

Le bassin d’Athabasca dans le nord de la Saskatchewan renferme les plus gros gisements à forte teneur en uranium du monde. Les trois mines d’uranium qui se trouvent dans le bassin représentent toute la production d’uranium du Canada et environ 17 p. 100 de la production mondiale d’uranium, ce qui fait de la Saskatchewan la deuxième région productrice d’uranium au monde. Une quatrième mine d’uranium prévoit commencer sa production sous peu et les approbations réglementaires ont été demandées pour une cinquième mine. Les études de faisabilité sont également en cours pour plusieurs autres gisements importants d’uranium.

En ce qui a trait à l’exploitation aurifère, une nouvelle mine est récemment entrée en activité tandis qu’une autre a célébré 20 ans de production continue et la coulée de sa millionième once d’or. Les dépôts de métaux des terres rares, de métaux de base et de graphite, et les gisements de sables bitumineux offrent aussi des possibilités d’exploitation en vue de la création d’autres mines dans la région.

En 2011, les sites miniers (sociétés et entrepreneurs) du nord de la Saskatchewan avaient en moyenne, à leur emploi, 3700 travailleurs directs ou à contrat. Cette industrie est un chef de file en ce qui a trait à l’embauche de travailleurs locaux et de travailleurs autochtones; 47 p.100 de tous les employés des mines venant de localités du nord de la Saskatchewan et 42 p.100 étant d’ascendance autochtone. En 2011, l’exploitation minière dans le nord de la Saskatchewan a contribué pour 1,4 milliard de dollars à l’économie provinciale sous forme de salaires et d’achat de biens et services dont environ 75 p. 100 provenaient de la province et 40 p. 100 du nord de la Saskatchewan, plus particulièrement.

L’exploration en vue de nouvelles découvertes minérales demeure près du niveau record. En 2011, les dépenses en exploration minérale dans le nord de la province s’élevaient à 125 millions de dollars, soit moins qu’en 2007, mais bien au-dessus des niveaux historiques. On estime que depuis 2001, plus de 1,1 milliard de dollars ont été investis dans le secteur de l’exploration minérale dans le Nord, comparativement à 414 millions de dollars au cours des 20 années précédentes. L’intérêt dans l’industrie de la prospection et de l’exploitation minières devrait se maintenir à un niveau élevé en raison de la géologie diversifiée dans cette région ainsi que ses dépôts de calibre mondial et la demande continue à l’échelle internationale.

Services aux entreprises et aux citoyens

Les services du secteur public, de l’éducation et de la santé relevant de la compétence des autorités provinciales ou des Premières Nations, représentaient en 2006, 44 p. 100 des emplois dans le Nord. La région, équipée de quatre hôpitaux, est également le siège de l’administration centrale de deux principaux établissements postsecondaires à caractère distinct en raison de leurs approches axées sur les partenariats. Le Northern Teacher Education Program (Programme de formation d’enseignants dans le Nord) et le Northern Professional Access College (NORTEP/NORPAC) offrent des programmes universitaires accrédités par l’Université de la Saskatchewan, l’Université de Regina et l’Université des Premières Nations du Canada. De plus, le Northlands College a dirigé un certain nombre d’initiatives multipartites en matière de formation communautaire et sectorielle.

Le secteur privé a mis en place un secteur de services qualifiés et concurrentiels d’entretien des mines qui a évolué au cours des vingt dernières années. Des entreprises nordiques, dont un bon nombre sont des entreprises autochtones, fournissent maintenant la majorité des services de traiteurs, de camionnage, d’exploitation minière souterraine, de construction, d’affrètements aériens et d’exploration. Le secteur d’entretien minier est devenu une partie importante de l’économie du Nord et embauche plus de 800 habitants de cette région. En 2011, 41 p. 100 des achats en biens et services des sites miniers (achats estimés à 481 millions de dollars), ont été effectués auprès des entreprises et coentreprises nordiques. Au cours des 20 dernières années, la vente de biens et la prestation de services aux exploitations minières du Nord ont rapporté 3,5 milliards de dollars aux entreprises et coentreprises du nord de la Saskatchewan.

Tourisme

En plus de la pêche et de la chasse de calibre mondial, le nord de la Saskatchewan offre toutes sortes de possibilités et d’expériences touristiques, notamment le canotage, les activités en maisons flottantes, le golf, l’équitation, les excursions panoramiques (p. ex. les dunes de sable de l’Athabasca et les chutes Nistowiak reconnus à l’échelle internationale), et plus encore. Chaque année, plus d’un million de visiteurs profitent de ces activités de plein air dans le nord de la province et parmi eux, 627 000 séjournent un soir ou plus dans la région. Les dépenses des voyageurs et des touristes dans le nord de la Saskatchewan (y compris la région de Prince Albert) totalisaient, en 2010, environ 172 millions de dollars, et devraient afficher une croissance de 5 p. 100 par année au cours des prochaines années. Les entreprises liées au tourisme constituent une source importante d’emplois dans le nord de la Saskatchewan. En 2010, près de 3600 travailleurs occupaient des emplois dans le Nord, tels que dans des restaurants, des bars, des centres de villégiature, des attractions touristiques, des pourvoiries et des hôtels.

La foresterie et les activités traditionnelles d’exploitation des ressources

La foresterie contribue de façon importante à l’économie de la Saskatchewan, en plus d’être une source importante d’emplois dans le nord de la province. Dans la foulée du ralentissement économique, l’industrie forestière de la province a subit une transformation majeure et s’apprête, encore une fois, à contribuer à la diversification et au renforcement de l’économie nordique.

La Saskatchewan possède 11 grandes installations de fabrication de produits forestiers. Lorsque toutes les usines sont actives, elles représentent presque 5000 emplois directs et plus de 1,3 milliard de dollars en ventes annuelles de produits forestiers.  

Plusieurs centaines d’Autochtones travaillent dans le secteur forestier de la Saskatchewan. La deuxième scierie en importance dans la province appartient entièrement aux Premières Nations et bon nombre d’Autochtones exploitent des entreprises contractantes dans le domaine de la foresterie comme, par exemple, la récolte du bois ou pour des activités connexes telles que la construction routière, le camionnage et le reboisement.

Beaucoup d’habitants du Nord conservent leurs liens avec la culture autochtone et un mode de vie traditionnel au moyen de la pêche commerciale et du piégeage d’animaux à fourrure, mais ils sont de moins en moins nombreux à se fier à ces industries traditionnelles pour assurer la majeure partie de leur revenu. En fait, bon nombre d’entre eux se consacrent plutôt à des emplois à l’année, mieux rémunérés et hautement spécialisés, dans les secteurs miniers et des services. Quant aux industries primaires telles que la pêche, le piégeage, ou la récolte de riz sauvage et de champignons, ils y travaillent qu’à titre occasionnel.

L’industrie de la pêche commerciale en Saskatchewan a également subit une transformation majeure en passant, en 2012, à un marché d’opération d’open market après plus de 40 ans de monopole de la transformation et de la commercialisation des débarquements. En 2011, la valeur des stocks de poissons exploités à des fins commerciales et vendus à la Freshwater Fish Marketing Corporation à Winnipeg s’élevait à un peu plus de 2,75 millions de dollars. Grâce à leur fédération de coordination, quelque 30 coopératives de pêche, représentant de 400 à 500 pêcheurs actifs, continuent à chercher des façons d’accroître les revenus obtenus de leurs débarquements, notamment par la transformation locale à valeur ajoutée et le marketing direct de leurs pêches durables.

En 2011, environ 1700 piégeurs se sont procuré des permis dans le nord de la Saskatchewan et ont récolté plus de 20 000 peaux, soit une valeur d’un peu plus que 800 000 $. Au cours des dernières années, les piégeurs du nord de la Saskatchewan ont formé une coopérative afin d’explorer de nouveaux débouchés commerciaux pour leurs peaux. En diversifiant leur clientèle potentielle, les piégeurs souhaitent être en mesure de mieux faire face à la volatilité traditionnelle du marché international de la fourrure.

Immobilisations dans les projets majeurs du nord de la Saskatchewan

En 2012, des projets majeurs (estimés à 178 millions de dollars), liés à la planification, à la conception ou à la construction et entrepris par les divers ordres de gouvernement du nord de la Saskatchewan, se sont ajoutés à près de 2,65 milliards de dollars investis dans les projets en cours du secteur minier du Nord.

Perspectives d’avenir

La production d’énergie sera un des principaux défis mondiaux à relever et la production d’énergie nucléaire continuera à jouer un rôle essentiel dans l’approvisionnement énergétique mondial à l’avenir. En cela, le nord de la Saskatchewan jouera un rôle primordial en répondant à la demande d’énergie à l’échelle mondiale. À titre d’exemple, la production d’uranium devrait augmenter considérablement à partir de 2013, au fur et à mesure que l’expansion des opérations actuelles et les nouvelles opérations viendront doubler la production.

Il y a actuellement dans le nord de la Saskatchewan, quatre centrales hydroélectriques de moindre envergure qui ont une capacité totale de 124 mégawatts. Elles produisent environ 15 p. 100 de l’énergie hydroélectrique provinciale. Le potentiel pour créer d’autres projets d’énergie hydroélectrique dans le Nord, en partenariat avec les intérêts divers des Premières Nations, fait l’objet d’un examen approfondi. Le but est de créer d’importants avantages pour les communautés nordiques sur le plan des emplois, de la formation ainsi que d’autres avantages. Il pourrait également y avoir d’autres possibilités pour les communautés nordiques si les projets de renforcement des lignes de transmission se réalisaient dans le Nord.

Grâce aux marchés des produits forestiers qui ressurgissent continuellement, l’industrie forestière va continuer à prendre de l’ampleur dans le nord de la Saskatchewan, ce qui stimulera davantage le développement économique et les possibilités d’emploi pour la population du Nord.

La province continue à collaborer avec le secteur de la pêche commerciale dans le nord de la Saskatchewan en vue de soutenir les efforts du secteur et de contribuer à l’accroissement des  possibilités en matière de transformation et de commercialisation.

Pour soutenir le développement du tourisme, la province collabore avec Tourisme Saskatchewan, la région touristique du Nord (Northern Tourism Region) et les intervenants afin d’élaborer des plans de destinations communautaires et coordonner le développement du tourisme, son marketing et des initiatives connexes de formation.

Bien que le mode de vie de la population du Nord gardera toujours des liens étroits avec les activités de la terre et la culture, on constate une tendance selon laquelle de plus en plus de jeunes gens poursuivent des études postsecondaires en vue de faire carrière dans les domaines de l’éducation et de la santé, ou d’obtenir un poste hautement spécialisé dans le secteur minier ou celui des services miniers connexes.